Accueil > Aller au ciné > Nous aimons > Blind

Blind

Réalisé par Eskil Vogt
Norvège - 2014 - 1h36
Sortie le 29 avril 2015 (KMBO)
Prix du scénario / Festival de Sundance 2014
Sélection Panorama / Festival de Berlin 2014

Ayant récemment perdu la vue, Ingrid se retire en sécurité dans son appartement un endroit où elle peut se sentir en confiance, seule avec son mari et ses pensées. Mais ses peurs les plus profondes et ses fantasmes refoulés, vont ressurgir. Blind est une subtile variation autour de la jalousie et de la suspicion, du voyeurisme et de la perception de la réalité. Mais surtout un film d’une grande sensualité porté par un récit d’une grande beauté formelle, tenant en haleine le spectateur comme ses personnages. Avec ce premier film comme réalisateur, Eskil Vogt entre par la grande porte des cinéastes.

P.-S.

Dans Blind, tout est au conditionnel, car le challenge du film est de placer l’audience dans la peau d’une aveugle qui ne "se soucie plus de ce qui est réel tant qu’elle parvient à le visualiser". Chaque scène est ainsi l’occasion d’une trouvaille de mise en scène ou de scénario visant à véhiculer une narration que l’on pourrait qualifier de "sensorielle". Eskil Vogt fait preuve de beaucoup d’humour et d’inventivité à cet égard. Ce côté ludique apporte une belle légèreté à ce qui demeure avant tout un drame, celui de la désintégration d’un couple et d’une femme isolée par son affliction. Le réalisateur embarque l’audience dans une expérience qui se transforme subtilement en autre chose qu’une narration classique.

Grâce à la photographie de Thimios Bakatakis et un travail d’orfèvrerie sonore auquel contribuent les compositions de Henk Hofstede, Blind installe un sentiment de flottement où le spectateur n’a d’autre choix que de se laisser guider par la voix off qui le mènera en bateau. Si le film est parfois cru et terre à terre (les scènes pornographiques sont la meilleure illustration de cet aspect), il n’en demeure pas moins intelligent et ultra référencé lorsqu’il s’agit de citer tant la poésie norvégienne que la pop culture à laquelle la pornographie appartient de toute façon. Blind possède aussi cette froideur scandinave que l’on retrouve jusque sur les traits du faciès de l’actrice principale, belle, mais étrange. Un excellent choix de casting qui confirme tout le potentiel de Ellen Dorrit Petersen.

Domenico La Porta – Cineuropa.org


Espace adhérents | | @elastick.net