Accueil > Aller au ciné > Nous aimons > Nebraska

Nebraska

Réalisé par Alexander Payne
USA - 2013 - 1h55
Sortie le 2 avril 2014 (Diaphana)
Prix d’interprétation masculine - Festival de Cannes 2013

Un vieil homme, persuadé qu’il a gagné le gros lot à un improbable tirage au sort par correspondance, cherche à rejoindre le Nebraska pour y recevoir son gain…
Sa famille, inquiète de ce qu’elle perçoit comme le début d’une démence sénile, envisage de le placer en maison de retraite, mais un de ses deux fils se décide finalement à emmener son père en voiture chercher ce chèque auquel personne ne croit.
Pendant le voyage, le vieillard se blesse et l’équipée fait une étape forcée dans une petite ville en déclin du Nebraska. C’est là que le père est né. Épaulé par son fils, le vieil homme retrace les souvenirs de son enfance.
Rassurez-vous, c’est une comédie !

Les relations parents-enfants (The Descendants), les déambulations au coeur de l’Amérique (Sideways), un certain goût tchékhovien pour l’élégie : Alexander Payne est bien tout entier dans Nebraska et pourtant c’est le premier film qu’il réalise dont il n’a pas signé le scénario. Sans doute a-t-il reconnu dans le script de Bob Nelson des traces de sa propre enfance, passée dans l’état du centre des Etats-Unis, où il a déjà situé plusieurs de ses films.
(...) Alexander Payne a choisi aussi le noir et blanc (superbe photo de Phedon Papapamichael, chef-op attiré du cinéaste, d’origine grecque comme lui) pour montrer l’Amérique périurbaine contemporaine, la terre d’une « lower middle class » d’employés et de retraités – pas tout à fait pauvres, mais moins aisés qu’avant…
(…) Toujours entre cruauté et cocasserie, rire et émotion, Alexander Payne décrit des gens ultra-moyens, sans grand rêve ni ambition, avec pour seul regret une jeunesse envolée. Mais il raconte aussi comment un père et son fils peuvent se découvrir encore malgré les années passées à côté de l’un de l’autre.
(…) Sans glamour, loin d’Hollywood, au pays de l’infraréalisme cinématographique, Nebraska raconte à sa façon le monde d’aujourd’hui.

Aurélien Ferenczi – Télérama


Espace adhérents | | @elastick.net