Accueil > Aller au ciné > Nous aimons > Tu Dors Nicole

Tu Dors Nicole

Réalisé par Stéphane Lafleur
Canada - 2013 - 1h33
Sortie le 18 mars 2015 (Les Acacias)
Quinzaine des réalsiateurs – Festival de Cannes 2014

Profitant de la maison familiale en l’absence de ses parents, Nicole écoule paisiblement l’été de ses 22 ans en compagnie de sa meilleure amie Véronique. Alors que leurs vacances s’annoncent sans surprise, le frère aîné de Nicole débarque avec son groupe de musique pour enregistrer un album. Leur présence imposante vient rapidement ébranler la relation entre les deux amies. L’été prend alors une autre tournure, marqué par la canicule, l’insomnie grandissante de Nicole et les avances insistantes d’un garçon de 10 ans. Tu dors Nicole observe avec humour le début de l’âge adulte et son lot de possibles.

P.-S.

L’excellence de Tu dors Nicole (du Canadien Stéphane Lafleur) ne prévient pas. Elle nous tombe dessus dès les premiers plans, dans un beau noir et blanc qui s’efface rapidement derrière l’effet de style et la finesse des (més)aventures de Nicole, personnage central de ce conte d’été adulescent.
Nicole s’emmerde. C’est l’été, ses parents sont partis et son frère traîne à la maison avec son groupe de rock. Entre un petit boulot chiant et une meilleure copine tout aussi paumée qu’elle, notre héroïne s’occupe comme elle peut, profite d’une carte de crédit pour se faire plaisir (des tickets pour un improbable voyage en Islande), et se fait draguer par un gamin de 12 ans dont la voix a mué (certainement, et de très loin, la meilleure idée comique de répétition du Festival). Les saynètes se suivent sans se ressembler dans ce décor de banlieue pavillonnaire canadienne, et si le rythme du film colle à la moiteur d’un été chaud qui parfois nous scotche dans l’oisiveté, l’atmosphère qui s’en dégage fonctionne à merveille.
Si Stéphane Lafleur réussit ici son pari, c’est avant tout parce qu’il refuse tout compromis. Ni teen-movie, ni comédie dramatique, son Tu dors Nicole avance comme bon lui semble, au risque d’en laisser certains de côté. C’est le risque inhérent à toute proposition artistique ambitieuse et pointilleuse que de ne pas vouloir plaire à tout le monde. On espère juste que le plus grand nombre s’attachera comme nous au charme fou et doucement insolent de ce film et de son héroïne !

Jérémy Martin – Lepasseurcritique.com


Espace adhérents | | @elastick.net